CLOWN ET BURLESQUE

Dès le début, la formation a été partie prenante de la démarche du Prato : nous avons pratiqué, en le ré-inventant sans cesse, le théâtre dont nous avions envie ; nous l’avons « filé » comme un bâton témoin, comme un relais, à ceux qui voulait le pratiquer à leur tour. Des ateliers clowns, d’improvisation ou de technique était ouverts, la nature même de nos spectacles, joués dans des lieux et face à des publics les plus variés, donnaient la matière.

Le burlesque, le clown

Chacun fait entendre sa différence, sa part de folie, et la fait entendre à tous, la donne aux autres, la donne en pâture, pour mieux la vivre. On mange ses névroses – on abat les racismes – on lutte gaiement pour une autre vie à bâtir maintenant.
Sans le crier, les clowns font entendre toutes les guerres – guerre des sexes, guerre des peuples, guerre du haut et du bas, du sérieux et de l’imaginaire – et les clowns se font admettrez et aimer, font aimer et admettre la part de poésie, la part d’inutile, la part d’humain, la part de perte de temps.

« Du point de vue historique, le burlesque est la synthèse de nombreuses traditions de la culture populaire, de la commedia dell’arte italienne à la bande dessinée et au music-hall anglais. (…) Aujourd’hui le burlesque est un genre cinématographique, caractérisé par un comique plus ou moins absurde, violent et apparemment extérieur, dans le sens où les effets – souvent essentiellement physiques – semblent primer la profondeur psychologique ou morale de l’œuvre. Comme aucun phénomène vivant, certes, le burlesque ne saurait être enfermé dans une formule d’une précision juridique. » Petr Kràl, Encyclopédie du cinéma.

Le burlesque inventorie l’imaginaire.
Il le défriche, le parcourt, le met à nu, s’en émerveille.
Il a horreur du modèle.
Il frôle l’absurde.
Il questionne la présence au monde.

Variations sur le clown

Texte de Gilles Defacque : cliquez ici pour en savoir plus.

Pour mémoire

Porter/Tomber/Danser
Un temps de travail et recherche pour des professionnels comédiens, circassiens et danseurs, sous la conduite d’artistes confirmés représentants les 3 disciplines. Associé dès le départ, Jean Gaudin, chorégraphe, danseur et pédagogue et Danse à Lille, Centre de développement chorégraphique puis le CRAC de Cherbourg. (2005, 2007, 2008)
Laboratoire d’écriture : « Le poème à l’épreuve du clown »
« Hanté par le surgissement de LA FIGURE DU CLOWN… comme revenu de la nuit des temps, comme revenu de chez les morts… voyageur d’un au-delà approximatif bien que très concret, voire prosaïque. Je souhaite continuer de travailler avec ces personnages suspects, pas clairs, mi-chèvres , mi-boucs… et leur donner mes poèmes, mes textes, mes peurs pour qu’ils s’en emparent à leur façon désarticulée, pas catholiques, avec leurs accents, leurs bouches tordues, leurs grimaces ou leur calme sidéral… » (GD)
Stage AFDAS mené par Gilles Defacque en direction des comédiens professionnels en 3 sessions : au Centre des Arts du Cirque de Cherbourg, au Prato à Lille, Le Sirque à Nexon (2002 - 2003).